Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'écritoire

Nécessaire contenant ce qu'il faut pour écrire...

La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune

La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune

J'ai lu "La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune" de Christelle Dabos édité en novembre 2015.

C'est la suite de l'histoire d'Ophélie (cf mon article précédent). Voilà plusieurs mois qu'Ophélie réside au Pôle. Compte tenu des complots ambiants, il est décidé de la présenter au seigneur Farouk dans l'espoir qu'il la prenne sous sa protection ainsi que sa tante Roseline, Bérénilde, tante de Thorn et future mère de l'enfant du seigneur et maître. Farouk décide de la nommée vice-conteuse. Aussi tous les soirs, doit-elle narrer une histoire plaisante sous peine d'être anéantie à la moindre contrariété.

Pendant ce temps, au Clairedelune, demeure de son ami l'ambassadeur Archibald, des personnalités disparaissent. Ophélie reçoit des lettres de menace et Thorn, très peu présent, secret et autoritaire, la laisse craindre le pire pour leur relation future.

Un soir, Ophélie fait un fiasco auprès de Farouk et sous le prétexte de recevoir sa famille venue pour le mariage, Thorn l'envoie se réfugier à la station balnéaire des Sables-d'Opale. Mais les disparitions continuent au Clairdelune dont celle de l'ambassadeur. Alors Farouk retrouve Ophélie et lui laisse vingt quatre heures pour faire usage de ses dons et retrouver les malheureux. Aidée de Thorn mais aussi pour l'aider, Ophélie se lance alors dans l'enquête et affronte de multiples dangers. Contre toute attente , un doux sentiment serait-il en train de naître?

Ce second tome de la saga d'Ophélie m'a donné le même plaisir d'évasion que le premier. Intrigues, suspens, rebondissements sont toujours d'actualité au pays de l'imagination, aux décors et ambiances hors normes.

Cette critique n'a de valeur que parce qu'elle est mienne.

La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article