Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'écritoire

L'écritoire

Nécessaire contenant ce qu'il faut pour écrire...

Sans Véronique

J'ai lu "Sans Véronique" d'Arthur Dreyfus édité en décembre 2016.

C'est l'histoire de Véronique. Nouvellement retraitée après plusieurs années  de travail comme caissière à Interrmarché, elle passe quelques jours de repos bien mérités, offerts par son employeur, à Sousse en Tunisie. Elle y est seule, son amie qui devait l'accompagner a eu un empêchement de dernière minute et son mari est encore en activité.

C'est l'histoire de Seifeddine, jeune tunisien qui tombe éperdument amoureux d'une étudiante belge. Lorsque cette dernière doit rentre chez elle, Seifeddine veut l'accompagner mais le passeport lui est refusé. Elle part donc seule en promettant de revenir mais immédiatement ne donne plus signe de vie. Malheureux, déçu, en colère et déjà traumatisé par des faits antérieurs, Seifeddine se tourne vers la religion et devient rapidement extrémiste.

C'est l'histoire de l'attentat de Sousse. Véronique, allongée sur un transat, fait des mots croisés sur la plage de l'hôtel en profitant du soleil. Seifeddine, marche tranquillement sur le sable et assassine à la kalachnikov Véronique et plus d'une trentaine d'autres touristes.

C'est l'histoire de Bernard, plombier, qui se retrouve un peu perdu après le départ en vacances de son épouse Véronique. Cela ne fait même pas 48 heures qu'elle est absente qu'il reçoit un appel des autorités françaises pour l'informer de la mort de sa femme. Sous le choc, il cherche à comprendre, visionne tout ce qu'il peut sur internet. Il voit les images de la plage et des cadavres, le visage du terroriste, Il découvre ce qui jusque là lui avait semblé lointain, le djiadisme, l'extrémisme, la haine et la violence... Il n'a alors qu'une idée en tête rejoindre la Syrie pour se faire passer pour l'un de ces fous de Dieu et se venger quitte à en perdre la vie.

J'ai été attirée par ce livre à cause de son titre. Ayant le même prénom, je ne pouvais pas rester insensible. A la lecture du quatrième de couverture, j'ai hésité, un attentat, la mort... J'ai lu des critiques positives, je me suis donc investie dans sa lecture. Et finalement je n'ai pas vraiment apprécié. Non pas à cause du sujet mais à cause de la narration d'actes ou de détails qui pour moi n'ont aucune valeur ajoutée. Je pense notamment à la première soirée que Bernard passe après le départ de sa femme et m'interroge, peut-être naïvement, sur son choix. A cause de l'écriture et de ces phrases interminables pouvant faire plusieurs pages. Elles donnent du rythme, c'est sûr, mais j'ai imaginé la difficulté pour un lecteur à haute voix. A cause de..., je ne sais pas le définir réellement mais finalement peut-être est-ce à cause du sujet?

Cette critique n'a de valeur que parce qu'elle est mienne.

Sans Véronique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article